La résidence secondaire, le nouveau "dada" des Français

À l’issue de la période de confinement qui a été mal vécue par près d’un tiers des Français, ceux-ci expriment la volonté de s’éloigner des centres-villes à la recherche du grand-air en acquérant une résidence secondaire toutefois proche de leur habitation principale.


Le Vendredi 17 juillet 2020
les français veulent une maison à la campagne

Vous êtes l’heureux propriétaire d’une maison à vendre à Cesson-Sévigné ? Vous avez un petit bijou entre les mains. En effet, de nombreux Rennais et plus généralement de nombreux Français désirent acquérir une résidence secondaire proche de leur lieu de domicile.

Le marché de l’immobilier post-confinement et ses surprises

Le déconfinement tant attendu par les professionnels de l’immobilier est porteur de nombreuses surprises. En effet, près de 25 % des Français, échaudés par un confinement difficile, veulent acquérir une résidence secondaire. Près de 10 % d’entre eux ont même déjà sauté le pas !

Pour bon nombre d’entre eux, ils souhaitent une résidence secondaire proche de leur habitation principale, en général à moins d’une heure de route. Certainement en réaction à la période de confinement parfois compliquée, ils souhaitent donner la priorité à la qualité de vie, en ayant un grand salon et éventuellement une piscine. La proximité des commerces est également un point qui est souvent évoqué par ce nouveau type d’acheteurs.

Au moment du déconfinement, les agences immobilières ont pu ouvrir de nouveau leurs portes et constater l’évolution de la demande des candidats acquéreurs. De nombreux propriétaires d’appartements sans balcon ni terrasse en centre-ville souhaitent vendre pour acquérir un bien avec un accès à l’extérieur, voire même sont prêts à s’éloigner du centre-ville pour pouvoir bénéficier d’un balcon ou mieux, d’une terrasse ou d’un jardin.

D’autres préfèrent louer un appartement quand ils sont tenus de résider en centre-ville pour des raisons professionnelles et acheter une résidence secondaire à proximité de la ville pour pouvoir bénéficier du grand air, du calme et plus généralement d’une meilleure qualité de vie.

Ainsi, plus de 60 % des personnes interrogées souhaitant acquérir une maison de campagne disent être à la recherche du grand air et vouloir fuir la pollution.

Unouvelle donne pour le marché de l’immobilier ?

Alors que les prix de l’immobilier n’ont pas baissé pendant cette période et que de nombreux experts dont Standard & Poor’s voient s’éloigner le spectre d’un crash de l’immobilier, cette nouvelle demande pourrait à terme modifier la typologie du marché de l’immobilier.

L’augmentation de la demande de résidences secondaires situées en proche périphérie des grandes villes et ce désamour de circonstance pour les appartements de centre-ville sans accès à l’extérieur pourraient avoir à court terme un effet sur les prix de l’immobilier qui est typiquement un marché de l’offre et de la demande.

Cette tendance amorcée depuis le déconfinement pourrait impacter négativement le prix des appartements de centre-ville, notamment ceux qui n’ont ni balcon, ni terrasse, ni jardin, et avoir un effet haussier sur les prix des logements en proche périphérie disposant d’un accès à l’extérieur et sur ceux des maisons de campagne à moins d’une heure des centres urbains.

En tout état de cause, ce nouveau « dada » qui semble ne pas être éphémère devrait, s’il se confirme, soutenir la reprise du marché de l’immobilier.

Pour en savoir plus:
La garantie catastrophes naturelles en cas d'inondations

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus