Achat immobilier : Anticiper les aléas de la vie pour mieux se protéger

Les conséquences financières de certains événements de la vie sont parfois dramatiques et obligent les occupants à vendre leur bien immobilier. Quelques conseils à connaître pour ce type de circonstance.


Le Mercredi 06 novembre 2019
anticiper les aléas de la vie avec un achat immobilier

Lorsque l’on se lance dans un projet d’achat immobilier, on ne pense pas forcément aux aléas de la vie qui peuvent survenir (divorce, chômage, décès…) et entraîner de lourdes conséquences financières.

Si vous souhaitez acheter un appartement vers la gare de Rennes, sachez que certaines précautions peuvent être efficaces dans ces cas-là.

Les conséquences d’un divorce pour un achat immobilier


Certains aléas de la vie peuvent donner lieu à de graves conséquences financières. Cela est souvent le cas lors d’un divorce. Si le couple se sépare par consentement mutuel, la destination du bien se fait bien souvent d’un commun accord : soit l’un des membres du couple rachète la part de l’autre, soit le bien est mis en vente.

C’est dans ce deuxième cas de figure que les conséquences financières peuvent être plus lourdes. En effet, un droit de partage équivalent à 2,5% du prix de vente doit être appliqué et le couple peut être soumis à l’impôt sur la plus-value si la vente n’a pas été réalisée dans les douze mois suivant le déménagement. La pression de la vente peut donc parfois obliger un couple qui se sépare à vendre rapidement.

L’assurance décès pour protéger son conjoint


Un décès peut malheureusement survenir au cours d’un crédit immobilier. Pour protéger au mieux son conjoint et le mettre à l’abri de difficultés financières, il est important de veiller à ce que la part des mensualités qui lui reste à payer soit la plus faible possible.

Le classique 50-50 n’est pas forcément la meilleure des solutions puisque cela signifie que le survivant aura à supporter la moitié du paiement en cas de décès du conjoint.

En optant pour un contrat où chaque membre du couple est assuré à 75%, cela permet d’avoir une bonne couverture. Si vous avez les moyens d’opter pour une couverture à 100%, n’hésitez pas à le faire, votre conjoint sera ainsi à l’abri d’éventuelles problèmes financiers.

Le faible intérêt de l’assurance chômage


Au moment de signer un crédit immobilier, la question de l’assurance chômage est parfois évoquée. Sachez qu’en plus de coûter cher, celle-ci n’est pas accessible à tout le monde et les indemnisations sont faibles. Sauf cas particulier, il est donc peu recommandé de souscrire une assurance chômage.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus