AirBnB menacée par la Commission Européenne

La plate forme AirBnB est dans le collimateur de la Commission Européenne. Elle lui reproche sa concurrence déloyale dans le cadre de la location.


Le Lundi 24 septembre 2018
l'immobilier bouleversé par Airbnb

Qui n’a pas encore entendu parler de AirBnB, la plate forme de location de logements particuliers pour des courts séjours ? Les locations AirBnB à Rennes ont explosé depuis 2014, bien que la plate forme ne soit présente à Rennes que depuis 2010.

On recense aujourd’hui 3 315 annonces immobilières à Rennes : en majorité (70 %) des logements entiers. Difficile cependant de se considérer logé « chez l’habitant » : hôtes professionnels, hôteliers, propriétaires de gîtes essentiellement.

Mais AirBnB est de plus en plus souvent dans le collimateur des professionnels de l’immobilier à Rennes et des associations de consommateurs et commerçants pour concurrence déloyale. La Commission européenne notamment, reproche à AirBnB ses pratiques commerciales trompeuses et ses clauses abusives.

Les consommateurs dupés par un manque de transparence

La Commission a exigé de AirBnB que le site mette ses conditions d’utilisation en conformité sous peine de sanctions. En effet, la manière dont la plateforme présente ses prix à ses utilisateurs est contraire à la législation et aux directives de protection des consommateurs.

Les clients ne voient pas clairement ce qu’ils paient ni les conditions d’utilisation ou d’annulation. De plus, les conditions générales du site en termes de location saisonnière de logement ne respecteraient pas la directive sur les clauses abusives.

Selon le pays, les sanctions portées contre AirBnB pourraient varier. Les mesures seront prises par les autorités en charge de la protection des consommateurs dans les différents pays membres de l’Union. En conséquence, AirBnB doit impérativement clarifier ses tarifs, ses conditions et les informations relatives au propriétaire afin de ne pas manipuler le client à croire qu’il va résider « chez l’habitant ». La plate forme essaie par tous les moyens de communication possible de se distinguer de l’industrie hôtelière, mais dans le fond, sa pratique est la même.

Le secteur immobilier menacé

AirBnB revendique une niche vertueuse d’échange, de partage, communautaire, altruiste, presque sans intérêt commercial. Alors qu’elle est en concurrence directe avec les hôtels et locations saisonnières. Les chambres chez l’habitant constituent une part très minimale de l’activité, la plupart des logements sont mis en location par des agences ou des multi-propriétaires.

Pour certains, il s’agit d’une reconversion pour rentabiliser les appartements vides. Cela aggrave la pénurie de logements dans les grandes agglomérations et grignote le parc immobilier qui se transforme en parc touristique ou saisonnier : on parle de la ville « uberisée ».

Par ailleurs, AirBnB n’a payé que 92 944 € d’impôts en France en 2016 malgré ses 10 millions d’utilisateurs français : c’est difficile à croire. La firme américaine est fiscalement résidente d’Irlande qui représente un paradis fiscal trois fois moins cher que la France.

Pour en savoir plus:
Guide de l’investissement locatif
La nouvelle LGV Paris-Rennes est ouverte
Présentation du quartier EuroRennes
Les prix grimpent dans l’immobilier ancien
Ce que la loi Elan change pour l'immobilier
Comment remplir sa déclaration IFI?
La checklist du logement étudiant

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus