Immobilier : quelques conseils pour détecter les défauts avant l’achat

La découverte de défauts dans un bien immobilier après son achat ne permet bien souvent pas d’obtenir réparation de la part du vendeur. La consultation de documents ou encore une visite minutieuse permettent de limiter les déboires.


Le Samedi 23 novembre 2019
Détecter les défauts avant l’achat

Pour votre projet d’achat d’appartement ancien sur Rennes, faites-vous accompagner par un artisan ou un architecte avant de conclure la vente. En cas de découverte d’un gros défaut après la signature de l’acte de vente, il est en effet très difficile d’obtenir réparation du vendeur.

Comment repérer les défauts dans l’ancien ?


Une visite minutieuse d’un bien à vendre est impérative pour éviter la découverte de défaut une fois la vente conclue. En effet, seuls les vices non apparents et connus du vendeur peuvent donner lieu à une réparation ou annulation de la vente. Mais la tâche n’est pas simple car il faut dans ce cas-là être en mesure de prouver que le vendeur était bien au courant de ce défaut.

Si vous achetez dans l’ancien, commencez par prendre connaissance des huit diagnostics obligatoires (performance énergétique, amiante, gaz, plomb, termites, électricité, assainissement et état du sol). Si ceux-ci ne suppriment pas les risques, ils peuvent parfois vous donner des indices sur les défauts existants.

Cela vous permettra de vous poser les bonnes questions, d’identifier certains problèmes, voire de négocier le prix de vente. Sachez toutefois que quatre cas nécessitent des travaux de mise en conformité de la part du vendeur : présence d’amiante, de plomb dans les peintures, de termites dans les charpentes, ou si un système d’assainissement présente un danger pour la santé ou l’environnement.

Quelques conseils pour éviter les déboires dans le neuf


Dans le neuf, il est également courant d’être confronté à des anomalies : mauvais équipement, inversion dans le sens d’une porte, sol non régulier… Des retards ou la faillite du constructeur peuvent également survenir. Pour amoindrir les problèmes en cas de projet de construction, demandez des recommandations autour de vous ou exigez la « garantie de livraison » du constructeur.

Si le coût de cette garantie dépasse 4% du prix, cela est souvent signe que le constructeur fait l’objet d’une surprime car il a accumulé des ennuis. Dans le cas où vous constatez des anomalies lors de la livraison de votre bien, plusieurs possibilités s’offrent à vous : refus de signer le procès-verbal de livraison ou constat par huissier afin de bloquer les derniers 5% du prix en attendant que les réparations soient réalisées.

Pour en savoir plus:
Hausse des ventes de maison en secteur diffus en 2019

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus